Lip

Les origines de la marque prennent place à Besançon, en 1867. C’est à cette époque qu’Emmanuel Lipmann décide de monter son propre atelier d’horlogerie, qu’il appelle “Comptoir Lipmann”.
En 1893, le Comptoir Lipmann change de nom et devient la “Société Anonyme d’Horlogerie Lipmann Frères”.
Au début des années 1900, Ernest Lipmann, le fils d’Emmanuel, cherche des solutions pour rendre ses montres lisibles dans l’obscurité. En 1904, il a l’idée de collaborer avec un couple de physiciens qui viennent de découvrir le radium. Ce n’est autre que Pierre et Marie Curie qui inventent donc les premiers cadrans phosphorescents au monde pour le compte d’Ernest Lipmann.
Au fil des années, les responsables de l’entreprise changent, mais la famille Lipmann est toujours présente. En 1931, ce sont James, Lionel, et Fred Lipmann qui tiennent les rênes. Ils font partie de la troisième génération de la famille en charge de la société.
En 1933, l’horloger André Donat présente au monde le calibre T18 qui porte son nom en référence à la taille du mouvement qui fait 18mm de large. Une prouesse technique à l’époque.
Les Lipmann étant de confession juive, les temps deviennent durs pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1943, Ernest Lipmann et sa femme, parents de Fred et Lionel, sont déportés à Auschwitz, d’où ils ne reviendront pas. En 1945, à l’issue de la guerre, c’est Fred Lipmann qui se retrouve à la tête de l’entreprise.
En 1948, le calibre T18 est toujours en production. Il est considéré comme une merveille de précision et d’efficacité. Une montre a même pris son nom : la T18. La France décide de l’offrir à Winston Churchill en guise de remerciement de la part du gouvernement pour les services rendus pendant la Seconde Guerre mondiale.
En 1950, plusieurs explorateurs français se lancent à la conquête de l’Himalaya. Ils s’équipent de montres LIP pour cette ascension exceptionnelle. Les modèles utilisés sont d’ailleurs appelés “Himalaya” et sont équipés de calibres spécialement conçus pour résister aux grands froids.
En 1952, la marque LIP prouve à nouveau qu’elle fait partie des avant-gardistes . Elle propose la première montre électronique, qu’elle appelle sobrement “l’Electronic”. Cette montre a fait un bruit colossal dans l’industrie. En 1958, elle sera offerte par Fred Lip à Eisenhower, alors président des Etats-Unis, ainsi qu’au Général De Gaulle.
Au début des années 60, LIP signe des collaborations commerciales avec Blancpain et Breitling. Son développement continue avec la présentation du calibre extra-plat R136 en 1963. Il ne mesure que 3,3 millimètres d’épaisseur. Un exploit technique pour l’époque.
En 1967, LIP fête son 100ème anniversaire en lançant la Nautic-Ski, première montre de plongée étanche à 200 mètres de profondeur. Elle est équipée d’une lunette tournante sous le verre pour protéger les plongeurs des accidents lors de leurs expéditions. Il s’agit encore aujourd’hui d’une des montres les plus emblématiques de la marque.
Une année plus tard, Fred Lipmann travaille sur de nouveaux designs en collaboration avec le prince de Baschmakoff. Ensemble, ils sortent “la De Baschmakoff”, une montre mécanique à affichage digital, le premier de ce type “Made In France”. À cette époque, la marque va signer des collaborations avec plusieurs designers dont Roger Tallon, Jean Dinh Van, Isabelle Hebey ou Rudy Meyer. Certaines de ces montres sont restées gravées dans les mémoires, et sont maintenant très recherchées par les collectionneurs.
Dès le début des années 70, les choses se gâtent, notamment à cause de l’explosion de la compétition internationale et de l’arrivée des mouvements à quartz. En 1971, Fred Lipmann sera remercié par les actionnaires, et écarté de l’entreprise créée par son grand-père.
En 1973, LIP présente les premières montres à quartz “Made In France”, mais il est trop tard pour remonter la pente. L’entreprise dépose le bilan. Un plan de licenciement général est déposé. Une grève dans les différents sites de production et de grandes manifestations éclatent. Malgré plusieurs essais pour remettre l’entreprise à flots, LIP est définitivement liquidée en 1977.

Affichage de 1–21 sur 32 résultats